Petit guide des chefs-d’œuvre fabriquée en laque japonaise

La laque japonaise, ou urushi, est une matière transformatrice et très prisée qui a été raffinée depuis plus de 7000 ans.

Apprécié pour son infinie polyvalence, l’urushi est une forme d’art distinctive qui s’est répandue dans toutes les facettes de la culture japonaise, de la cérémonie du thé à la sculpture abstraite moderne.

Surtout, aucune discussion sur l’artisanat japonais ne peut être complète sans comprendre certaines des techniques ingénieuses qui se cachent derrière les objets artistiques tels que la vaisselle en laque, les meubles et même les bijoux.

Poursuivez votre lecture pour découvrir les possibilités illimitées de la laque japonaise !

Qu’est-ce que le Urushi ?

La laque japonaise, (漆 urushi), est fabriquée à partir de la sève de l’arbre à laque. L’arbre doit être tapoté avec précaution, car sous sa forme brute, le liquide est toxique au toucher, et même respirer les vapeurs peut être dangereux. Mais les Japonais travaillent avec ce matériau depuis des millénaires, il y a donc eu le temps d’affiner la technique !

Après le chauffage et la filtration, l’urushi peut être appliqué directement sur une base solide, généralement en bois. L’urushi pur sèche en un film transparent, tandis que les couleurs noires et rouges plus familières sont créées en ajoutant des minéraux au matériau. Chaque couche est laissée à sécher et polie avant d’ajouter la couche suivante. Ce processus peut prendre beaucoup de temps et de main-d’œuvre, ce qui contribue à l’attrait et aux coûts élevés des produits laqués de fabrication traditionnelle.

Bols en laque japonaise

Si l’on considère l’utilisation de la laque du pays du soleil levant, l’exemple le plus classique est peut-être le bol en laque. Urushi est idéalement adapté à de tels articles, produisant de la vaisselle légère, imperméable, et bien sûr belle.

Le savoir-faire et les techniques de la laque japonaise se sont transmis de génération en génération depuis des siècles. Depuis quatre cents ans, les maîtres artisans de l’atelier Zohiko de Kyoto fournissent des articles de laque raffinés à la maison impériale et aux acheteurs exigeants du monde entier. Aujourd’hui, vous pouvez acheter leurs produits vous-même dans leurs magasins à Kyoto ou à Tokyo.

Ce bol laqué est présenté pour la nouvelle année, avec la branche de pin à feuillage persistant représentant une nouvelle croissance.

Techniques de la laque japonaise

De nombreuses possibilités créatives sont offertes par la superposition de différentes couleurs de laque. Le style connu sous le nom de Negoro, d’après le monastère bouddhiste où il a été développé, a été utilisé pour créer cette cruche d’eau classique. Cette technique implique des couches successives de laque de différentes épaisseurs en deux couleurs. Avec le temps et l’usage, la riche couche supérieure rouge commence à s’user, exposant le noir profond en dessous.

Ce merveilleux exemple est l’œuvre de Jihei Murase, dont la famille a perfectionné les compétences en laque depuis trois générations. Jetez un coup d’œil à la galerie Ippodo pour d’autres exemples de produits magnifiques à acheter.

Qu’est-ce que le Maki-e ?

Certaines des plus belles pièces d’art de la laque décorative sont rendues possibles par le processus de maki-e (蒔絵). Cette technique millénaire consiste à saupoudrer la couche supérieure de l’urushi de poudre d’or ou d’argent pendant qu’il est encore humide. Les motifs qui en résultent sont mis en place avec d’autres couches de laque transparente polie.

Les feuilles dorées de ce panier à thé sont des exemples fantastiques de cette technique. Pour obtenir cette gradation et cet ombrage parfaits, il faut des compétences pointues et beaucoup d’expérience. Le maître artisan Kazumi Murose a les deux. Aujourd’hui considéré comme un trésor national vivant au Japon, Murose se consacre à la promotion et à la pratique des techniques traditionnelles de la laque. Cette pièce somptueuse peut être aperçu au sein de la galerie Onishi.

Bijoux en laque japonaise

Les possibilités créatives du maki-e ont inspiré des artisans de nombreuses disciplines, y compris des artistes comme Mariko Kobayakawa.

Kobayakawa est maîtresse de nombreux métiers locaux de Kanazawa, en particulier du maki-e, qu’elle utilise pour décorer cette pièce construite avec art. Ce collier complexe ressemble à une constellation de planètes : vous pourriez le regarder pendant des heures ! Si vous visitez Kanazawa, vous devriez vérifier son travail au magasin Higashiyama Edge.

Inlay et Inro

Avant l’adoption de l’habillement occidental au XIXe siècle, le Japon devait trouver un moyen de faire face à la grave pénurie de poches ! La solution était l’inro, un boîtier multicouche, suspendu à une ceinture. Alors que la loi de l’époque d’Edo dictait que les vêtements devaient rester assez simples, l’inro échappait à la réglementation légale. Par conséquent, il s’agissait souvent d’objets très décoratifs, l’urushi léger et imperméable à l’eau étant le matériau idéal.

Cette pièce du 18e siècle de la collection du Museum of Fine Arts à Boston, a utilisé une variété de matériaux pour créer ce design aquatique, notamment l’or, l’argent, la coquille, la corne et la pierre. Les incrustations ont été délicatement placées sur l’urushi noir humide, avant d’être scellées avec d’autres couches de laque transparente.

Mobilier et fournitures laqués

Les possibilités d’utilisation et de décoration de la laque sont infinies. Yoko Zeltersman-Miyaji, née à Kyoto, profite de cette flexibilité pour créer ses meubles uniques.

Elle conçoit et réalise elle-même les formes, en utilisant les techniques traditionnelles de travail du bois sans clous, avant de mettre à profit sa maîtrise de l’urushi pour les finitions.

Cette armoire en acajou est incrustée de coquille d’œuf et de nacre. La finition fine est obtenue grâce à une technique connue sous le nom de kawari nuri, qui consiste à combiner soigneusement des couches de laque texturée avant le polissage pour obtenir la surface parfaitement lisse que vous voyez ici.

Ce meuble et d’autres pièces (plutôt de véritables chefs d’oeuvre) de Miyaji sont disponibles à la Mobilia Gallery. Vous pouvez en savoir plus sur le travail de Miyaji sur son site web.

Sculptures en laque

L’artiste Chie Aoki a trouvé une utilisation plus inhabituelle de l’urushi : créer des sculptures en laque qui expriment des sentiments sur l’existence humaine auxquels je suis sûr que nous pouvons tous nous identifier parfois !

Le processus commence par la sculpture des jambes et des pieds de ses sculptures, modelées par elle-même, à partir d’un grand bloc de styromousse. Commence alors le laborieux processus de stratification de l’épaisse laque noire. Les petits bols en laque peuvent prendre plusieurs semaines à produire, alors imaginez l’effort nécessaire pour produire une pièce de cette taille. Comme le dit Aoki elle-même, la plupart des travaux de laquage sont des travaux de polissage ! Si votre japonais est à la hauteur, visitez le blog d’Aoki pour en savoir plus sur ce processus fascinant.

Si vous souhaitez vous faire plaisir en personne, jetez un coup d’œil à cette magnifique boîte de laque design en fleur de cerisier, fabriquée au Japon, et disponible sur Amazon. Parfait pour apporter un peu de Japon dans votre maison !

Avez-vous eu l’occasion de voir de la laque en cours de fabrication ? Avez-vous des objets en laque dans votre maison ? Faites-le nous savoir dans les commentaires ci-dessous !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s