Tout savoir sur le Washi, le papier japonais traditionnel

Le papier Washi est l’un des produits artistiques japonais les plus fondamentaux et souvent négligés. En 1300 ans de production, il a constitué l’épine dorsale de nombreuses autres formes d’art japonaises. En fait, le papier washi est tellement ancré dans la culture japonaise qu’il y a littéralement des villes construites autour de la fabrication du papier washi.

En termes les plus élémentaires, le papier washi signifie simplement papier japonais traditionnel, wa (和) signifiant japonais et shi (紙) signifiant papier. De son histoire éclectique, en passant par ses nombreuses utilisations, jusqu’aux principales destinations de voyage au Japon, il y a beaucoup de choses fascinantes à apprendre et beaucoup à dire sur cet art riche en histoire et toujours pertinent. Ici, nous allons couvrir tout ce que vous devez savoir sur le papier washi. Attachez-vous, parce que c’est un monde faussement diversifié.

1 – Qu’est-ce que le papier Washi ?

2 – Comment le papier Washi est-il fabriqué ?

3 – A quoi sert le Washi ?

4 – Où voir le papier Washi en cours de fabrication ?

5 – Où acheter le papier Washi ?

6 – Où en savoir plus sur le papier Washi ?

 

1 – Qu’est-ce que le papier Washi ?

Bien qu’il s’agisse aujourd’hui d’un élément culturel emblématique du Japon, les racines de la production du papier washi remontent à la Chine. Vers 610 de notre ère, la technique du papier artisanal fut introduite au Japon par des moines bouddhistes qui l’utilisèrent pour écrire des sutras sacrés.

Pour ajouter une autre touche internationale aux origines du papier washi, le Nihon Shoki, également connu sous le nom de The Chronicles of Japan, l’un des plus anciens livres sur l’histoire classique japonaise (écrit en 720), affirme que cette influence chinoise a été apportée au pays par le prêtre bouddhiste coréen Doncho, qui a introduit avec succès des techniques pour fabriquer l’encre à la même époque.

Comme il l’a si bien fait tout au long de l’histoire, le Japon a adopté cette méthode de fabrication du papier et l’a améliorée en ajoutant d’autres matériaux de type textile au processus de production du papier comme le kozo (mûrier) et les fibres gampi pour renforcer le papier, prolonger sa durée de vie et accroître sa polyvalence.

Comme la fabrication du papier japonais dépendait de matériaux naturels, la production de papier washi, comme d’autres activités agricoles, est devenue une activité saisonnière. L’hiver était généralement considéré comme la meilleure saison pour la fabrication du papier, car le temps était trop froid pour que les agriculteurs puissent faire d’autres travaux dans leurs champs. Les fabricants de washi ont également pu profiter de la glace d’hiver, qu’ils ont dégelée pour s’assurer que l’eau utilisée était exempte d’impuretés et ne décolorait pas le papier.

Ce style de papier fait à la main est resté dans le courant dominant jusqu’à la période Meiji (1868-1912) où le Japon a connu un processus d’occidentalisation. L’influence de l’Occident a donné naissance à ce que l’on appelait le papier yoshi, essentiellement du papier produit en série et fabriqué à la machine. A partir de cette période, le washi a commencé à prendre un peu de recul, et son rôle a été relégué de l’usage quotidien à des usages plus artisanaux et traditionnels.

 

2 – Comment le papier Washi est-il fabriqué ?

Le moment idéal de l’année pour faire du washi est au cœur de l’hiver, lorsque l’eau est naturellement gelée et exempte d’impuretés, offrant les ingrédients les plus frais et les plus naturels pour la fabrication du papier. Les méthodes et les matériaux varient en fonction du style de washi que vous allez fabriquer, car les différentes régions du Japon ont chacune des techniques légèrement différentes. Pour couvrir toutes les bases, nous allons garder cela un peu plus général.

Récolte : Tout d’abord, vous avez besoin des matériaux pour le papier. La plupart du papier washi utilise du kozo, et du mitsumata, deux arbustes qui sont généralement cultivés, et du gampi qui est typiquement sauvage. Habituellement, elles sont récoltées pendant les mois les plus froids de décembre et janvier.

Cuisson à la vapeur, décapage et sélection : Pour séparer les parties des plantes dont vous avez besoin, les branches doivent d’abord être étuvées. Une fois qu’elle est molle et prête à être enlevée, l’écorce est soigneusement enlevée et séchée. L’écorce sèche est ensuite portée à ébullition et les impuretés éventuelles sont tachées et éliminées. Ensuite, la solution de pré-papier est battue à la main pour détacher les fibres avant de devenir une feuille.

Tamisage : C’est probablement la partie la plus reconnaissable du processus de fabrication du washi. C’est à ce moment que la solution du papier pulpeux commence à prendre sa forme finale, bien que sous une forme très lâche. De là, la pâte à papier est étalée sur un tapis, et le tapis est secoué pour aider les fibres à s’entrelacer. Une fois que la taille et l’épaisseur désirées sont atteintes, l’excès d’eau est évacué de la solution.

Dernières étapes : Après avoir été laissées à sécher pendant la nuit, les feuilles presque prêtes à l’emploi sont soumises à quelques étapes esthétiques supplémentaires avant d’atteindre leur forme finale de washi. Le papier est pressé pour enlever l’excès d’eau, les feuilles sont ensuite séparées, brossées pour enlever les textures invasives et laissées à nouveau pour compléter le processus de séchage au soleil. Ces grandes feuilles sèches forment la base à partir de laquelle le washi est coupé.

3 – A quoi sert le Washi ?

Autrefois, le washi était utilisé pour pratiquement tout ce que le papier moderne fabriqué à la machine est utilisé. Évidemment, comme le washi est un produit fait à la main, il est plus cher que le papier ordinaire, de sorte qu’il a été déplacé de certaines régions de nos jours. Cependant, il y a encore beaucoup de buts pour lesquels rien d’autre que le plus beau washi ne fera l’affaire !

Impression et écriture : Grâce à sa texture plus épaisse et plus absorbante, le washi est une excellente base pour l’impression linobloc, les lithographies en couleur, la typographie, le gaufrage et, à une époque plus contemporaine, l’impression numérique. Les cartes et les invitations de mariage par exemple sont incomparablement plus invitantes lorsqu’elles sont imprimées sur du washi japonais !

Art : De nombreuses formes d’art traditionnel au Japon s’appuient sur le washi. Si vous lisez notre guide de la peinture Nihonga par exemple, vous verrez que l’utilisation du washi plutôt que de la toile ou du papier moderne est un des éléments qui définissent ce style typiquement japonais. La texture particulière du washi est également essentielle pour le sumi-e (peinture à l’encre) car elle permet un bon écoulement et une bonne absorption de l’encre aqueuse. Pour certains artistes, comme Tetsuya Nagata, le papier washi lui-même est l’art de ces incroyables sculptures de washi pressées.

Reliure : Le Japon est un pays qui aime la littérature, il n’est donc pas surprenant que le washi et l’édition aillent de pair. Plutôt que d’être utilisé sur les pages intérieures, le washi est le plus souvent utilisé pour les couvertures de livres en raison de sa durabilité et sa flexibilité.

Origami : Avec sa texture robuste et plus malléable, le papier washi est un excellent outil pour l’origami. Il conserve beaucoup mieux sa forme que d’autres papiers origami plus fins. Et bien sûr, l’aspect unique du washi donne sa beauté à l’objet fini.

Design et décoration d’intérieur : En raison de ses textures intéressantes, presque terreuses et d’une qualité unique qui déclenche une lumière douce et translucide, le washi est reconnu depuis longtemps comme un matériau idéal pour les lampes, les écrans intérieurs et, plus récemment, les volets et stores. Son aspect organique et naturel est beaucoup plus attrayant visuellement que le papier stérile produit en série ou d’autres matériaux artificiels.

4 – Où voir du papier Washi en cours de fabrication ?

Il existe de nombreux producteurs japonais de papier washi à travers le pays, vous ne pourrez donc pas tous les visiter ! Cependant, si vous avez envie d’en savoir plus sur la fabrication du papier washi, ne manquez pas l’occasion de visiter ces lieux :

Washi no Sato est situé dans le district de Chichibu, au nord-ouest de Saitama, à une belle journée de Tokyo. La région produit le hosokawa-shi, un style de papier washi qui a été classé patrimoine culturel immatériel par l’UNESCO. Ici, vous pouvez vous promener dans la ville, assister à la fabrication du washi et ramasser du papier pour le rapporter chez vous.

Le village Echizen Washi est une autre destination importante pour les washis située dans la préfecture de Fukui, juste au nord de Kyoto. Le village produit du papier depuis son introduction au Japon il y a plus de 1 300 ans. Il y a un certain nombre d’usines de fabrication du papier disséminées dans toute la région, mais vous ne pouvez pas manquer le musée du papier et de l’artisanat d’Udatu, situé dans une maison de papetier du milieu de l’ère Edo. Pour plus d’informations sur les visites guidées et les endroits à visiter, n’hésitez pas à consulter le site Web complet d’Echizen Washi Village.

Enfin, pour un regard différent sur la production locale de washi, visitez la ville de Mino, dans la préfecture de Gifu, qui est l’une des dernières communautés à pratiquer encore l’ancien artisanat traditionnel du papier à la main. Ce qui rend cette ville unique, c’est l’architecture à l’ancienne que l’on trouve dans le centre-ville de Mino-machi. Même si vous n’avez qu’un vague intérêt pour l’histoire et l’art japonais, vous pouvez facilement passer un week-end à errer dans les rues et visiter toutes les maisons et magasins parfaitement conservés, dont beaucoup vendent des produits washi, des outils et autres accessoires connexes.

5 – Où acheter du papier Washi ?

Nous avons déjà souligné certains des excellents endroits où acheter du papier washi à Tokyo. Mais en dehors de la capitale, il y a beaucoup d’autres boutique en ligne et de magasins que vous ne devriez pas manquer si vous vous intéressez au washi :

Si vous êtes à Kyoto, n’oubliez pas de visiter Kamiji Kakimoto, situé dans le centre-ville. Ce site est considéré comme l’un des meilleurs magasins de papier washi au Japon. Vous trouverez ici une vaste sélection de produits d’art et d’artisanat, y compris un stock très sain de papier washi.

Adresse : 54 Tokiwagi-cho, Teramachi-dori, Nijo agaru, Nakagyo-ku, Kyoto

Wagaminomise Morita Washi est un autre endroit au centre-ville de Kyoto. Ce magasin incroyablement bien achalandé vend de tout, du washi haut de gamme de style designer au papier rugueux, texturé et rustique et adorable.

Adresse : 1F Kajinoha Building, 298 Ogisakaya-cho, Higashinotoin-dori, Bukkoji agaru, Shimogyo-ku, Kyoto

Si vous êtes à l’extérieur du Japon, l’un des meilleurs endroits pour vous procurer du papier sera probablement en ligne. L’usine Awagami, actuellement gérée par la 6ème génération de maitres, dispose d’une large sélection de papier washi et d’autres papiers spéciaux, y compris des papiers mulberry fabriqués à la machine, dont certains sont compatibles avec les imprimantes à jet d’encre, parfaits pour une utilisation contemporaine (invitations, décorations etc). Vous pouvez commander en ligne au Japon ou consulter leur liste de fournisseurs à travers le monde.

Un autre site qui vaut la peine d’être mis en favoris est Washi Arts, où l’on trouve une vaste sélection de produits de papier, dont plusieurs peuvent être expédiés en France pour seulement 5$ ou à l’étranger pour un prix légèrement supérieur.

6 – Où en savoir plus sur le papier Washi ?

Si vous avez toujours envie d’en savoir plus sur l’histoire, les utilisations et les formes incroyablement uniques du papier washi, voici un aperçu de certains des meilleurs musées sur le washi du pays. Bonne chasse au papier !

Musée du papier Ino-cho : Situé dans la préfecture de Kochi, ce musée retrace l’histoire de Tosa Washi, une forme locale de fabrication du papier qui est devenue populaire il y a plus de mille ans. Aujourd’hui, il existe plus de 300 variantes de Tosa Washi, dont beaucoup se trouvent ici.

Musée Mino-Washi : Le Mino-Washi Museum est la principale galerie de papier de Mino City. Au-delà de l’importance historique du washi, vous trouverez ici des expositions détaillées couvrant l’époque contemporaine et l’avenir du washi, ainsi que des informations détaillées sur les techniques de production du washi Mino.

Musée du papier : C’est le plus grand musée du papier de Tokyo, et il vaut vraiment la peine de le visiter si vous avez un peu de temps libre pourr vous ballader dans la ville. En plus d’un magasin bien achalandé et d’expositions impressionnantes, ce musée organise régulièrement des ateliers de fabrication du papier. Les cours ont généralement lieu la fin de semaine, mais vous pouvez visiter le site internet pour plus de détails.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s