Théâtre Kabuki : tout savoir sur le célèbre théâtre japonais

Le Kabuki est une forme d’art performance traditionnel japonais de renommée mondiale. Intégrant musique, danse et mime avec des costumes et des décors élaborés, les drames kabuki dépeignent des contes dérivés des mythes et de l’histoire régionale.

Bien qu’elle soit aujourd’hui reconnue internationalement, ses origines ont été humbles et quelque peu controversées. Beaucoup de techniques modernes de kabuki et d’interprètes descendent directement de méthodes originales et d’acteurs historiques, laissant cette forme d’art largement inchangée depuis des siècles. Nous vous raconterons le sens, l’histoire et les méthodes de ce style classique, complexe et fascinant.

Le Kabuki est l’un des trois styles de théâtre traditionnel japonais les plus célèbres. Jetez un coup d’œil à nos guides essentiels pour en savoir plus sur le Bunraku et le théâtre Nô.

Au sommaire

1 – Qu’est-ce que le théâtre Kabuki ?

2 – Comment et quand le théâtre kabuki a-t-il commencé ?

3 – Quels sont les thème des pièces de kabuki ?

4 – Qui sont les acteurs et dramaturges kabuki les plus célèbres ?

5 – Quels sont les éléments clés d’un spectacle kabuki ?

6 – Où voir une pièce de théâtre kabuki au Japon et à l’étranger ?

 

1 – Qu’est-ce que le théâtre Kabuki ?

Pièce de théatre Kabuki par Shochiku

Le terme kabuki (歌舞伎) est composé de trois kanji : ka (歌) qui signifie chanter, bu (舞) qui représente la danse, et ki (伎) qui indique la compétence. Littéralement, le mot kabuki signifie l’art du chant et de la danse, mais les performances vont bien au-delà de ces deux éléments.

Tout compte fait, le kabuki japonais est un spectacle visuel étrange qui met davantage l’accent sur le regard que sur l’histoire. Les éléments de production comme les costumes, l’éclairage, les accessoires et la scénographie complètent les aspects de la performance comme la chanson et la danse. Tous sont présentés de façon grandiose pour créer un spectacle unique et spectaculaire.

 

2 – Comment et quand le théâtre kabuki a-t-il commencé ?

Théâtre Ichimuraza Kabuki, années 1740, par l’artiste Masanobu Okumura

Les acteurs de kabuki d’aujourd’hui sont tous des hommes, mais l’art a été créé par une femme. Izumo no Okuni était une prêtresse shintoïste qui a commencé à se produire au début des années 1600 à divers endroits autour de Kyoto, y compris dans des sanctuaires et dans le lit sec de la rivière Kamo. Elle a formé une troupe entièrement féminine d’inadaptés locaux et de prostituées, les instruisant dans le théâtre, le chant et la danse.

Ces femmes ont représenté des personnages masculins et féminins dans des pièces comiques parodiant la vie quotidienne. Connues sous le nom d’onna-kabuki (onna signifie femme), les représentations étaient pleines d’esprit et suggestives. Cette forme de divertissement de guérilla est rapidement devenue si populaire que des troupes rivales se sont formées aussi loin que Tokyo (alors appelée Edo) et Okuni elle-même a été invitée à se produire devant la cour impériale.

Le théâtre kabuki s’est répandu dans les quartiers chaudement fréquentés et est aussi généralement associé à la prostitution, les artistes offrant parfois leurs services aux spectateurs. La panique morale qui s’ensuivit conduisit à l’interdiction totale pour les femmes de se produire en 1629. Au début, les jeunes garçons prenaient le relais, mais eux aussi pouvaient se prostituer et étaient interdits. Enfin, les hommes adultes ont commencé à jouer les rôles des hommes et des femmes comme leurs prédécesseurs.

Affiche de Yanone Kabuki par Torii Kiyosada

Le théâtre Kabuki a d’abord été considéré comme une forme d’avant-garde, une forme bizarre de divertissement de niche pour les gens du peuple. Ils ont été attirés par l’excentricité et l’obscénité audacieuse de la première représentation, et le public était souvent turbulent. Le sens original de kabuki est supposé être lié au verbe kabuku (傾く) qui peut signifier se comporter bizarrement. Il a fallu des décennies pour qu’elle évolue vers la forme d’art populaire et formalisée qu’elle est devenue.

Le 18ème siècle fut l’âge d’or de l’histoire du kabuki. La structure des représentations a été formalisée, les types de personnages récurrents ont été établis et tous les stigmates ont été effacés. Cependant, les mouvements et les visuels sont restés exagérés. Depuis cette époque, le kabuki a persisté comme l’un des arts japonais les plus connus et les plus célèbres. Il est reconnu comme l’un des trois grands arts de la scène classiques du Japon avec le nô et le bunraku, et figure sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

 

3 – Quels sont les thème des pièces de kabuki ?

Natori Shunsen, 1951, Nakamura Utaemon VI jouant Hanako dans Musume Dojoji

Les trois principales catégories de pièces de théâtre kabuki sont le jidaimono (histoires anciennes et légendaires), le sewamono (contes contemporains après 1600) et le shosagoto (danse dramatique).

L’un des thèmes dramatiques les plus centraux du kabuki est le choc entre la morale et les émotions humaines. Les idéaux moraux japonais, à la fois historiquement et aujourd’hui, reposent fortement sur les philosophies religieuses du shintoïsme, du bouddhisme et du confucianisme, qui ont tendance à mettre l’accent sur des qualités comme la dévotion envers les anciens et la communauté. Cependant, les émotions comme la vengeance et l’amour entravent souvent les devoirs familiaux et autres, créant le conflit central de la plupart des pièces. Celles-ci se terminent souvent en tragédie.

Les drames kabuki comportent parfois des éléments éducatifs ou tentent de provoquer la réflexion, mais l’accent est mis principalement sur l’expérience sensorielle cumulative de voir le spectacle visuel prendre vie. La réalité et la cohérence prennent le pas sur les facettes des costumes élaborés et des transformations surnaturelles.

Les pièces célèbre du théâtre kabuki incluent :

Kanadahon Chushingura (Trésor des loyaux serviteurs) : Un jidaimono basé sur le célèbre conte des 47 Ronin, une histoire vraie sur une bande de samouraïs qui vengent la mort de leur maître assassiné avant de commettre un suicide rituel.

Sugawara Denju Tenarai Kagami (Sugawara et les secrets de la calligraphie) : Basé sur la vie de l’érudit Sugawara no Michizane de l’ère Heian (794-1185). Exilé de Kyoto, un bon nombre de calamités ont frappé ses ennemis à sa mort, les amenant à déifier l’érudit afin d’apaiser son esprit vengeur.

Sonezaki Shinju (The Love Suicide at Sonezaki) : Un sewamono sur un amour interdit entre un marchand orphelin nommé Tokubei et son amant Ohatsu, une courtisane. Le couple se suicide dans un sanctuaire dédié à Sugawara no Michizane.

 

4 – Qui sont les acteurs et dramaturges kabuki les plus célèbres ?

En plus d’Izumo no Okuni, la prêtresse fondatrice, de nombreux acteurs clés ont façonné le kabuki japonais moderne.

L’un des plus influents est Chikamatsu Monzaemon (1653-1725), un dramaturge japonais si prolifique qu’il est souvent comparé à Molière. Il a écrit The Love Suicide at Sonezaki ainsi que d’innombrables autres textes, dont plusieurs sur des suicides tragiques. Même si les scripts ne sont pas considérés comme aussi importants que les effets visuels, Monzaemon est réputé pour le perfectionnement et la vulgarisation des concepts pour lesquels le kabuki est maintenant connu.

Sakata Tojuro (1647-1709) fut un acteur qui collabora avec Chikamatsu Monzaemon. Il est devenu favorisé pour son style d’acteur réaliste et doux. À peu près à la même époque, Ichikawa Danjuro I (1660-1704) s’est fait connaître en tant qu’interprète pompeux et ostentatoire. Le style de Tojuro était parfait pour les histoires romantiques. Celui de Danjuro pour les contes sanglants de guerre et de conflit. Ces styles sont devenus favorisés et sont imités jusqu’à ce jour.

Tant Sakata Tojuro que Ichikawa Danjuro ont continué comme yago, noms de scène transmis aux acteurs qui continuent leurs méthodes. D’autres noms empruntés à des joueurs célèbres se sont appliqués à plusieurs générations d’interprètes, dont Ichikawa Ebizo, Matsumoto Koshiro et Nakamura Kanzaburo. Chaque nouvelle génération ajoute un numéro à la fin de leur nom : les contemporains incluent Ichikawa Danjuro XII et Sakata Tojuro IV (dont la lignée a été brisée pendant plus de 200 ans avant de subir récemment une renaissance).

 

5 – Quels sont les éléments clés d’un spectacle kabuki ?

Vous savez maintenant que les pièces du théâtre kabuki combinent plusieurs éléments cohésifs, plus particulièrement le chant et la danse. Voici un aperçu plus détaillé des principales composantes d’une pièce de théâtre kabuki et de la façon dont elles fonctionnent ensemble.

Les chansons

La musique, créée par les chanteurs et les instruments, aide à donner le ton narratif et le rythme d’une scène. Les chansons peuvent être interprétées par un ou plusieurs chanteurs (utakata) à la fois, et sont généralement accompagnées d’un shamisen, un type de luth japonais. D’autres instruments peuvent être utilisés pour créer des effets sonores ou servir de repères aux acteurs. Selon le spectacle, les musiciens peuvent être entièrement en coulisses, placés à l’arrière ou sur le côté de la scène, ou même directement intégrés dans l’action de la pièce.

La danse

Les numéros de danse sont insérés dans les spectacles à presque toutes les occasions. Cependant, le jeu du kabuki est tellement stylisé qu’il est impossible de le distinguer de la danse la plupart du temps. Les acteurs sont entraînés à bouger et gesticuler à l’aide de mouvements dansants, ce qui signifie que la danse fait partie intégrante de toutes les pièces de kabuki. Les mouvements diffèrent en fonction du personnage : les onnagata (personnages féminins) s’enchaînent délicatement tandis que les doki (personnages comiques) rebondissent avec légèreté. De nombreuses représentations se terminent par une finale de danse animée (ogiri shosagoto) mettant en vedette l’ensemble de la distribution.

Les performances techniques

Les acteurs emploient de nombreux mouvements chorégraphiés qui ressemblent à la danse, y compris :

Tachimawari : une technique de combat de scène. Les combats chorégraphiés peuvent se faire au corps à corps ou à l’épée.

Roppo : mouvement qui simule la marche ou la course. Habituellement jumelé à des tambours enjoués.

Ningyoburi : l’acte d’un acteur contrôlant les mouvements d’un autre, comme s’il s’agissait d’un marionnettiste. Cette technique s’inspire du bunraku, théâtre de marionnettes japonais.

Hikinuki : une technique spécialisée qui consiste à changer de costume sur scène, souvent parfaitement synchronisé avec la musique.

Les costumes

Comme les drames kabuki ont tendance à se dérouler dans le passé, les artistes portent généralement des kimonos, des vêtements traditionnels japonais. Les styles vont de pratiques et discrets à encombrants et extravagants. L’une des compétences les plus importantes des acteurs est simplement de manipuler et de bouger dans leurs lourds costumes. Et ce n’est pas une mince affaire. Les costumes et les perruques qui les accompagnent sont fabriqués à la main par des artisans qualifiés et sont parfois tissés ornementalement avec des fils d’argent fin et d’or.

Le maquillage

Connu sous le nom de kesho, le maquillage kabuki est basé sur les traits d’un personnage. Les visages des acteurs sont recouverts d’oshiri (peinture blanche) pour les rendre à la fois plus visibles et plus dramatiques. Ensuite, des lignes colorées sont ajoutées pour mettre en valeur leurs caractéristiques et décrire leur caractère. Le rouge représente des qualités comme la passion et la colère, le bleu symbolise le mal ou la tristesse. Les modèles diffèrent selon le sexe du personnage. Les êtres surnaturels comme les fantômes et les démons portent le maquillage le plus dramatique. Les acteurs appliquent leur propre maquillage pour mieux comprendre leur caractère. Alternativement, des masques kabuki parfois décorés sont utilisés, bien que ceux-ci soient plus communs dans le théâtre nô.

Masque Kabuki

Scénographie et accessoires

Les décorations de scène sont somptueuses et comprennent généralement des machines complexes. Des ascenseurs, des pièges et des rideaux mobiles permettent aux artistes et aux arrière-plans de subir d’étonnantes transformations. Par exemple, un acteur peut soudainement disparaître de la scène et réapparaître dans l’auditoire, ou un arrière-plan peut tourner pour simuler un navire en mouvement sur l’eau.

Les apparitions et les personnages démoniaques sont souvent suspendus en plein vol avec des fils d’acier, un processus appelé chunori. Quand les acteurs eux-mêmes ont besoin de se transformer, un joueur très utile est le koken. Koken est une assistante de scène qui aide les comédiens à changer de costumes et d’accessoires. Ils s’habillent souvent tout en noir pour maintenir l’illusion que les personnages se transforment d’eux-mêmes.

Participation du public

Pendant les représentations, il n’est pas rare que les spectateurs crient et encouragent leur acteur préféré lorsqu’il apparaît sur scène ou applaudissent quand quelque chose d’excitant se produit. Les interprètes s’adressent même parfois directement aux spectateurs. Ce n’est que plus tard qu’une scène a séparé les artistes du public.

 

6 – Où voir une pièce de théâtre kabuki au Japon et à l’étranger ?

Théâtre Kabukiza à Tokyo

Aujourd’hui, les spectacles de théâtre kabuki ont lieu dans tout le Japon et parfois même à l’étranger. Une représentation est généralement divisée en segments, l’un en début d’après-midi et l’autre en début de soirée. Chaque segment est en outre divisé en actes. Les billets sont généralement vendus par segment, bien que, dans certains cas, ils soient également disponibles par acte. Le prix des billets commencent aux alentours de ¥2000 (17€) pour un spectacle. Selon le nombre de places, un segment complet peut coûter jusqu’à ¥250.000 (2100€) ! Il n’est pas nécessaire d’être vêtu d’une tenue de cérémonie, mais des vêtements et des chaussures très décontractés ou révélateurs ne seront pas appropriés non plus.

Tokyo

Tokyo possède trois théâtres kabuki : Kabukiza, Shinbashi Enbujo, et le Théâtre National. Kabukiza est le plus ancien : il a ouvert ses portes au début des années 1900, mais il a été récemment rénovée sur le modèle original. Kabukiza et le Théâtre national ont des audioguides en anglais à louer, tandis que Shinbashi Enbujo ne fournit généralement pas de conseils dans notre langue.

歌舞伎座 (Kabukiza)

Adresse : 4-12-15, Ginza, Chuo-ku, Tokyo (voir le plan)

Site Web : kabuki-za.co.jp

Heures : Voir les horaires

新橋演舞場 (Shinbashi Enbujo)

Adresse : 6-18-2, Ginza, Chuo-ku, Tokyo (voir le plan)

Site Web : shinbashi-enbujo.co.jp

Heures : Voir les horaires

国立劇場 (Kokuritsu Gekijo)

Adresse : 4-1, Hayabusa-cho, Chiyoda-ku, Tokyo (voir le plan)

Site Web : ntj.jac.go.jp

Heures : Voir les horaires

Kyoto

Le berceau du kabuki abrite le célèbre théâtre Minamiza. Il a été fondé en 1610, mais le bâtiment actuel a été construit en 1929, en face de la même rivière où la prêtresse Okuni a joué. Des audioguides en français sont disponibles.

南座 (Minamiza)

Adresse : 198 Nakanomachi, Shijodori Yamatooji Nishiiru, Higashiyama, Kyoto (voir le plan)

Site Web : shochiku.co.jp/play/theater/minamiza

Heures : Voir les horaires

Osaka

Le théâtre kabuki d’Osaka est le théâtre Shochikuza, inauguré en 1923. Il fournit des dépliants et des audioguides.

大阪松竹座 (Osaka Shochikuza)

Adresse : 1-1-19, Dotonbori, Chuo-ku, Osaka (voir le plan)

Site Web : shochiku.co.jp/play/theater/shochikuza

Heures : Voir les horaires

Fukuoka

Le théâtre Hakataza de Fukuoka, sur l’île de Kyushu, au sud du Japon, a été construit en 1996. Des dépliants en anglais sont disponibles pour la plupart des productions.

博多座 (Hakataza)

Adresse : 2-1 Shimokawabatamachi, Hakata-ku, Fukuoka (voir le plan)

Site Web : hakataza.co.jp

Heures : Accueil ouvert tous les jours de 10h à 18h. Voir Voir les horaires

En France

Les aspects visuels spectaculaires du kabuki lui permettent d’être apprécié même par ceux qui ne sont pas familiers avec la langue locale, alors ne laissez pas un manque de japonais vous empêcher d’en profiter. Pour apprécier pleinement le théâtre kabuki, il ne suffit pas d’en faire la lecture, il faut le voir par soi-même. Et cela tombe bien, il existe quelques dates pour des représentations dans notre pays !

Découvrez les dates

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s